Resortecs x Studio WDN

Installation

Partager sur &

24.09 - 14.11
Du jeudi au dimanche
11:00 - 18:00

Fils, l’image file

Cette installation fragmente l’image du réel graduellement ainsi que celle du spectateur. Le corps habillé se voit découpé mais peut retrouver son entièreté à tout instant. C’est grâce au miroir et à l’image du corps qu’il renvoie que le vêtement s’anime. L’installation opère un parallèle avec le fonctionnement du fil Resortecs : d’un vêtement fini nous évoluons vers une matière désassemblée, pour enfin revenir à sa plénitude. Par leur ouverture, les miroirs font littéralement « entrer le vide ». Ce vide révélé fait écho au fil Resortecs : son absence dévoile sa fonction. L’installation s’appréhende dans un mouvement d’apparition ou de disparition.

L’arrière-plan, inspiré du conte des frères Grimm Les trois fileuses dépeint le corps figuré, symbolisé par le pied, le pouce et la lèvre démesurés des trois femmes. « La première filait l’étoupe et faisait tourner le rouet ; la seconde mouillait le fil ; la troisième le tordait et l’appuyait sur la table avec son pouce, et, à chaque coup de pouce qu’elle donnait, il y avait par terre un écheveau du fil le plus fin. ». Ces éléments dialoguent avec un entrelacs de fragments de vêtements incrustés sur fond vert de manière analogue. La scène rappelle une technique d’effets visuels du cinéma faisant le lien avec l’aspect fascinateur du travail de Resortecs.

À propos de Resortecs

Il y a deux ans, la startup bruxelloise Resortecs est devenue l’un des résidents de l’atelier de MAD Brussels. Resortecs développe des technologies visant à désassembler, trier et recycler intelligemment les textiles à l'échelle industrielle. L’entreprise, fondée par Cédric Vanhoeck et Vanessa Counaert, veut ainsi assurer la circularité de l’industrie de la mode sans perte de qualité. 

Avant que les vêtements soient recyclés, les tirettes, les boutons et les étiquettes doivent être enlevés à la main. Cette tâche intensive coûte beaucoup d’argent et prend beaucoup de temps. Resortecs® a mis au point des fils à coudre qui se dissolvent à des températures entre 150 °C et 200 °C, ce qui permet un désassemblage 5 fois plus rapide. Les coutures disparaissent automatiquement par simple réchauffement des vêtements, ce qui permet de démonter les produits textiles à l’échelle industrielle dans des fours de désassemblage qui peuvent chauffer et trier 1500 vêtements par heure. Récemment, Resortecs® a levé près d’un million d’euros pour construire son premier four de désassemblage.

Le travail et les recherches de Resortecs sont présentés en vitrine dans le cadre d’un c-projet conçu par Caroline Wolewinski et Sandro Della Noce de Studio WDN. Vous pouvez admirer l’installation de Resortecs dans la vitrine de MAD Brussels côté Rue du Rempart des Moines du 24 septembre au 14 novembre. 

À propos de Studio WDN

Le studio WDN est composé de Caroline Wolewinski et Sandro Della Noce.

La pratique du studio s’étend aux champs de la scénographie, du design et de l’architecture d’intérieur. Créateur de scénarios hybrides, le studio s’amuse à repenser les espaces en alliant références historiques et détournements d’objets. 

 

Voulez-vous en savoir plus ?

Contactez