MODERN CRAFT

The art of hacking traditional crafts

24 novembre 2021
© Ana Maria Gomez

THE ART OF HACKING TRADITIONAL CRAFTS

par Ana Maria GomezMargaux MinodierSep VerboomAlexander Marinus x Noémie Le MeurAmandine DavidAurélie Defez et  Studio Minimètre x BlackWool.

Comment nos métiers artisanaux traditionnels se confrontent-ils aux techniques innovantes d'aujourd'hui ? Modern Craft présente des artisan.e.s bruxellois.e.s qui allient innovation et savoir-faire dans leurs créations tissées. Chacun à leur manière, ils hackent les limites techniques, sociales ou culturelles de l'art du tissage. Une fusion des technologies avancées d'aujourd'hui et du travail manuel traditionnel, de l'artisanat à l'industriel.

L'artisanat peut-il être hacké par l'innovation et la digitalisation ? Certain.e.s des designers présenté.e.s ici piratent la texture d'une matière première avec des techniques digitales telles que l'impression 3D ou des machines industrielles robotisées. D'autres interprètent le fossé entre l'industrie et le monde de l'artisanat comme une opportunité pour un processus de conception co-créatif dans lequel les deux se renforcent mutuellement. Mais comment l'artisanat peut-il créer un impact économique et social lorsqu'on l'examine sous un angle novateur ? Découvrez comment les designers de Modern Craft hackent, provoquent et repensent notre système de production de la mode et du design à travers des approches écologiques et socio-économiques.

Circular wool rugs

Par Margaux Minodier
En collaboration avec Lottozero and Casalis

 

Circular Wool Rugs réunit 3 collaborateur.ices : l’incubateur italien Lottozero, le fabriquant belge Casalis et la designer Margaux Minodier. Ce projet de design associe le savoir-faire artisanal et la production industrielle à l’échelle européenne. Ensemble iels s’engagent à valoriser une matière naturelle et respecter un coût de production raisonnable.

Ce tapis est exclusivement composé de laine de moutons à viande et à lait dont la laine est habituellement jetée et/ou brûlée. Afin de révéler la matière – la laine est volontairement non teintée, Margaux Minodier créée des effets de reliefs. La designer joue avec la matière brute et l’esthétique numérique. Pour cet effet, Margaux Minodier a collaboré avec le fabricant de tapis situé à Courtrai, Casalis pour utiliser leur machine industrielle de robotic tufting. Circular Wool Rugs a été rendu possible avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de l’Union Européenne Worth Partnership.

Basée à Bruxelles, Margaux Minodier (Royal Académie des Beaux-Arts) est designer textile. Elle combine l'artisanat et l'industrie à la culture 2.0. Pixels, glitch, métiers à tisser, tufteuse, Margaux Minodier adapte le savoir-faire traditionnel aux révolutions numériques.

Knotting Knitting

Par Ana María Gomez

Knotting Knitting évoque la sensation de familiarité ressenti à travers le loisir et l'habitation. Ana Maria Gomez s'est inspirée de l'idée d'objets d'ameublements mobiles que l'on déplace dans la maison en fonction des besoins des utilisateurs. Il semble plus naturel de penser à des objets qui répondent aux besoins de votre corps plutôt que l'inverse.

Knotting Knitting est une pièce textile tricotée construite avec des bandes rembourrées. Elle peut être remodelée pour s'asseoir, dormir, lire, se couvrir ou s'allonger. La pièce est conçue pour s'adapter activement au corps humain et procurer tout type de confort avec une touche de chaleur. Elle est fabriquée en Belgique avec du fil italien.

Amgs est un studio de design sur la recherche textile créé par la designer colombienne Ana María Gómez en 2015, après avoir terminé un master en design textile à La Cambre à Bruxelles. Depuis 2019, Véronique van Lierde a rejoint le studio de design. Elles travaillent désormais ensemble sur des projets artistiques, avec un accent particulier sur les textiles et la musique. Amgs réalise des pièces qui vont de l'objet à porter au mobilier fonctionnel éclectique. L'objectif est d'expérimenter les dimensions visuelles, tactiles et spatiales des textiles.

Matière primaire

Par Alexander Marinus & Noémie Le Meur

On associe souvent l'élevage de moutons et l'agriculture uniquement à la campagne, mais ce documentaire nous prouve que Bruxelles est le foyer d'un réseau urbain de créateurs qui produisent, expérimentent et travaillent avec des textiles locaux. Le lien entre la production textile urbaine et rurale constitue le fil rouge de ce documentaire. Il illustre la façon dont les paysages, les personnes, les villes et les formes de vie non humaines font tous partie d'un écosystème textile co-créatif.

Matière Primaire est un documentaire hybride en cours de réalisation qui sera terminé en mai 2022. Il s'intéresse de plus près à une série de créateurs textiles bruxellois, artistes, designers, artisans, laboratoires textiles et aux partenaires avec lesquels ils collaborent régulièrement. Le premier montage brut est présenté dans le cadre de Modern Craft. Afin de traiter les images filmées comme des matériaux textiles, plusieurs techniques ont été transposées en techniques de montage.

Alexander Marinus est un designer multidisciplinaire qui s'intéresse de près à la relation entre la culture, la société et la nature. Il s'efforce de les réunir dans son travail, qui englobe la recherche sur les matériaux, le design textile, le film, l'écriture et a donné lieu à des tapisseries, des machines ou encore des films documentaires expérimentaux. Il se sent à l'aise entre les mondes de l'art, du design, de la communication, de la recherche et du business. Marinus coopère donc aussi bien avec les artisans qu'avec les industriels. 
Marinus a été diplômé de la Design Academy Eindhoven en 2017. Depuis 2021, il a son atelier dans la résidence Design du MAD Brussels. La même année, il a remporté le prix Golden Henry Van De Velde 'Crafts by Bokrijk' avec son label de design 'Hey Jute'. 

Noémie Le Meur est une designer textile spécialisée dans le travail des fibres végétales telles que le chanvre et le lin. Elle a obtenu un master en design textile à l'Académie des Beaux Arts de Bruxelles en 2020. Depuis, elle a participé à plusieurs projets basés en Belgique en tant que conférencière ou consultante ponctuelle dans le domaine du textile, des fibres végétales et de la teinture naturelle. 

In memory of

Par Noémie Le Meur

'In memory of' est un tapis, pensé pour être réalisé entièrement à la main. Chaque étape, de la fibre peignée à la pièce textile, est réalisée à Bruxelles. Ce tapis est composé de fibres de chanvre wallon, de fibres de lin européen et d'un lin non-tissé produit en France.

La teinture de ces fibres végétales avec des pigments naturels a nécessité de mettre au point, par essais et erreurs scientifiques, une recette et un protocole précis pour obtenir les couleurs souhaitées. Les fibres teintes sont ensuite appliquées sur la base non-tissée par une technique de couture à la machine qui imite la fabrication traditionnelle des tapis. 

Le motif, déterminé à l'avance, évolue au cours de la construction du tapis,  faisant de chaque pièce un mélange totalement unique de tradition et d'innovation. Il s'agit d'un travail totalement artisanal et chaque étape de la production est traçable. Ce tapis s’inscrit comme un rêve, imitant les fourrures d’animaux extraordinaires. 

Noémie Le Meur est une designer textile spécialisée dans le travail des fibres végétales telles que le chanvre ou le lin. Elle a obtenue un master en design textile à l'Académie des Beaux Arts de Bruxelles en 2020. Depuis elle participe à plusieurs projets basés en Belgique en tant que conférencière ou consultante ponctuelle dans le domaine du textile, des fibres végétales et de la teinture naturelle.

Studio Minimètre & BlackWool

Pénélope weaving kit & Needle pin

Par Studio Minimètre & BlackWool

Avec leurs projets de design communs, le kit de tissage Pénélope et le porte-épingle, Studio Minimètre et BlackWool combinent leurs connaissances de designers industriels et d'artisan.es. Leur objectif est de proposer des outils artisanaux accessibles et faciles à utiliser. Le kit de tissage Penelope est un objet imprimé en 3D à partir d'un polyester thermoplastique (PLA) recyclé à partir de coquilles de moules. Les coquilles de moules sont collectées dans des restaurants en Normandie et la laine provient de déchets de laine non utilisés que BlackWool récupère et recycle. 

Blackwool est un projet fondé en 2019 par Pauline Dornat, diplômée de La Cambre, et qui a ensuite été rejointe par Quentin Brucker. Leur objectif est de valoriser la laine locale et de moderniser la filière en réintroduisant un savoir-faire artisanal dans la ville de Bruxelles. 

Studio Minimètre est un duo de designers industriels basé à Bruxelles. Bérénice de Salvatore, diplômée de La Cambre et Bastien Chevrier, qui a étudié à l'ECAL, développent des objets imprimés en 3D à partir de matériaux recyclés et compostables.

"Nous collaborons avec des designers et des artisan.e.s, en combinant savoir-faire et impression 3D pour créer des objets uniques."

Studio Minimètre

Please have a seat - Biennale Interieur

DAYDREAMER

Par Sep Verboom

En collaboration avec Auping

Pour célébrer le cinquantième anniversaire d'Auping en Belgique, le fabricant de lits néerlandais, a mis au défi Sep Verboom, un jeune designer local, de créer une installation artistique avec le cadre de lit Cleopatra, basée sur son monde onirique durable. Sep Verboom exprime sa vision et son engagement environnemental en utilisant du rotin brut. Le rotin provient de forêts indonésiennes et est certifié de production durable.

L'installation artistique de Sep Verboom sur le cadre de lit Cleopatra est liée au "Wajang Melamun", qui signifie "poupée de rêve" en javanais indonésien. Il s'agit d'un ange gardien mythique qui s'élève du cadre d'un lit et jette un regard  fugace  sur notre monde humain. Avec son interprétation du cadre de lit, Verboom veut inspirer les autres à continuer de rêver éveillé. À réfléchir à la vie en société et à laisser libre cours à notre créativité dans tous les aspects de nos vies. De préférence en rêvant d'un monde meilleur, où chacun traite l'autre avec respect et le préserve.

Sep Verboom, créateur basé à Gand, est à la fois designer et entrepreneur social. Il s'intéresse moins à l'objectivation du résultat qu'au contexte dans lequel il s'inscrit. Verboom a obtenu un diplôme en design industriel (HOWEST) et en développement durable (VIVES), tous deux à Courtrai, en Belgique. En 2018, Sep Verboom a remporté le prix belge Henry Van De Velde pour les jeunes talents. En 2020, son engagement en faveur d'un design socialement engagé lui a valu le prestigieux titre de "Designer of the Year" par la Biennale Interieur.

"Wajang Melamun, qui signifie « poupée onirique » en javanais indonésien, est un ange gardien mythique qui s'élève du cadre du lit et jette un regard fugace sur notre monde humain. Je veux inspirer les autres afin qu'ils continuent de rêver éveillés. De préférence à un monde meilleur, où chacun traite l’autre avec respect et le préserve. Réfléchir à la vie en société et laisser libre cours à notre créativité dans tous les aspects de nos vies."

Sep Verboom

eAt ThE rIcH 

Par Aurélie Defez

Dans le secteur de la mode, les modèles de référence sont souvent issus des marques de luxe. Comme les vêtements de luxe sont proposés à des prix beaucoup trop élevés et sont donc inabordables pour le grand public, ils confirment la position élitiste des riches. Dans une société capitaliste, certaines esthétiques sont systématiquement plus valorisées que d'autres. Cela crée inévitablement une hiérarchie sociale.

“eAt ThE rIcH” est une collection de vêtements qui remet en question l'absurdité de cette tendance et, en même temps, l'état actuel de la mode. Des citations et des textes viraux sont brodés sur des vêtements et des accessoires de tous les jours. En combinant des vêtements bon marché avec des broderies raffinées, le projet remet en question l'organisation hiérarchique des goûts en matière de mode.

Aurélie Defez a été diplômée en 2021 de la Design Academy Eindhoven. Elle suit actuellement le programme de master à l'ERG Saint-Luc - École de recherche graphique à Bruxelles. Elle situe son travail entre le design et la recherche. 

Weaving Code

Par Amandine David
Cinematographie par Alex Pistorius
Conception informatique par Metriek - Sebastiaan Leenknegt

 

Weaving Code se situe au croisement entre le tissage manuel, la programmation et l'impression 3D.  Il relie le tissage manuel à l'impression 3D en générant le langage informatique des 0 et des 1 à partir d'un métier à tisser. Lorsqu'une pièce de textile est produite sur le métier à tisser, un objet ayant le même code binaire est imprimé par l'ordinateur. En convertissant les motifs de tissage en un langage de programmation, Weaving Code vise à explorer la manière dont l'artisanat traditionnel et les outils numériques peuvent se renforcer mutuellement et offrir une autre interprétation de la technologie en général.

Amandine David est une designer et chercheuse basée à Bruxelles. Son travail se concentre sur le développement de processus de conception, entre l'artisanat traditionnel et les pratiques numériques. Amandine est également cofondatrice de Hors Pistes, un programme de résidence nomade qui initie des rencontres entre artisans et designers et favorise le partage de savoir-faire et les collaborations transdisciplinaires et interculturelles.

Du 9 décembre 2021 au 6 février 2022, MAD présente ces designers et artistes bruxellois.es tourné.es vers l'avenir dans un projet de vitrine. Admirez leur travail de l'extérieur ou jetez un coup d'œil à l'intérieur du lundi au vendredi, de 11h00 à 18h00. Pour plus d'informations pratiques, cliquez ICI!